Choisir son école en ostéopathie animale à Bordeaux

eao ecole aquitaine osteopathie formations stages osteopathe bordeaux gironde nouvelle aquitaine article choisir son ecole osteopathie animale bordeaux2 1 - Choisir son école en ostéopathie animale à Bordeaux -  -

Comme l’explique Emmanuel Audoin, co-fondateur et directeur d’établissement de l’EAO (Ecole Aquitaine d’Ostéopathie) l’une des 3 écoles proposant une formation en ostéopathie animalière sur Bordeaux Métropole, « l’ostéopathe animalier est un professionnel de la santé animale. Il pratique une médecine, basée sur une capacité intellectuelle et manuelle à diagnostiquer des dysfonctions et à les traiter sans autre apport que les mains. » Avec près de 13 millions de chats et 7,3 millions de chiens en France, le métier est aujourd’hui en pleine expansion.

Quel cursus pour se former à l’ostéopathie animale ?

Une formation en 5 ans est indispensable pour exercer la profession d’ostéopathe animalier. Celle-ci bénéficie d’un cadre clair suite à la publication du décret n° 2017-573 du 19 avril 2017 relatif aux compétences exigées des personnes réalisant des actes d’ostéopathie animale. L’ostéopathie animale étant une délégation d’actes vétérinaires, le rôle d’une école est de permettre aux étudiants d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires à la réussite de l’examen d’aptitude national, organisé par l’école nationale vétérinaire ONIRIS à Nantes. Seule l’obtention de cet examen permet de s’inscrire sur la liste tenue par l’ordre national des vétérinaires qui autorise à exercer.

En quoi consiste la formation d’ostéopathe animalier ?

« Le contenu de la formation et le nombre d’heures d’enseignement peuvent varier d’un établissement à l’autre », précise Emmanuel Audoin. A l’EAO, les étudiants suivent une formation initiale de 1 200 heures par an sur 5 ans, réparties entre un tiers de théorie (sémiologie animale, sciences fondamentales, ostéopathie…) et deux tiers de pratique (cours de pratique ostéo, clinique-école, stages externes…). « L’alternance entre les cours théoriques et pratiques permet de varier les phases d’enseignement et de favoriser l’attention, de façon à optimiser l’assimilation des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être, poursuit Emmanuel Audoin. Nous mettons la partie clinique au cœur de l’apprentissage par des stages externes et internes. C’est pourquoi nos étudiants ont à leur disposition une clinique pédagogique entièrement dédiée à l’ostéopathie animale au sein même de l’établissement. »

Qui peut devenir ostéopathe animalier ?

Pour intégrer une école d’ostéopathie animalière, il faut au moins posséder le Bac. Toutes les filières du Bac général au Bac pro sont acceptées. Si certaines filières peuvent avoir plus de facilités, certaines écoles à Bordeaux prévoient une mise à niveau pour les autres filières. C’est le cas de l’EAO qui inclut cette mise à niveau dans la formation. Quant aux modalités d’inscription, elles reposent dans cette école sur l’étude du dossier de candidature et sur un entretien devant le conseil pédagogique de l’établissement. « La motivation et le projet professionnel sont primordiaux », insiste Emmanuel Audoin.

Bien choisir son école d’ostéopathie animale à Bordeaux

Comme il n’existe pas de formation publique dans le domaine, le cursus est donc privé et payant. Pour faire le bon choix, certains points sont à observer. Si le nombre d’élèves par promotion et l’enseignement par des professionnels en exercice (vétérinaires, vétérinaires-ostéopathes, ostéopathes animaliers…) sont effectivement des notions à prendre en compte et présentes à l’EAO, « l’accompagnement est aussi un critère de première importance, rappelle Emmanuel Audoin. Tous nos étudiants sont accompagnés de manière personnalisée, ce qui permet de peaufiner et faire maturer leur projet professionnel, comme d’intervenir avant un éventuel décrochage. Une fois diplômés, nous les accompagnons jusqu’à leur début dans la profession. Grâce à de nombreux partenariats, nous pouvons même les aider à réaliser leur projet professionnel », conclut le directeur de l’EAO.